Communiqué de presse : Six jeunes par jour à l’hôpital pour abus d’alcool - 07/12/2019

Chaque jour, en moyenne 6 jeunes âgés de 12 à 17 ans sont admis à l’hôpital en raison d’une consommation abusive d’alcool. Ces chiffres toujours élevés, collectés par l’Agence Intermutualiste (AIM), sont inquiétants. « La consommation d’alcool à un jeune âge peut causer des dommages graves et permanents », affirme le Docteur Michael Callens de l’AIM.

Par rapport à 2017, le nombre de jeunes âgés de 12 à 17 ans ayant été admis aux urgences parce qu’ils avaient (beaucoup) trop bu a légèrement diminué. En 2018, on dénombrait 2 234 cas, soit 30 jeunes par 10 000 dans cette tranche d’âge, contre 2 334 l’année précédente. C’est cependant le seul point positif. En effet, malgré cette légère diminution, les chiffres restent inquiétants. Pour donner une idée de l’ampleur du problème, les chiffres sont jusqu’à trois fois plus élevés en Belgique qu’aux Pays-Bas où, chaque année, 700 à 900 jeunes se retrouvent à l’hôpital pour consommation abusive d’alcool.

116, c’est le nombre de jeunes âgés de 12 et 13 ans qui ont été admis à l’hôpital sous l’emprise de l’alcool. Un constat très alarmant, car il s’agit du plus grand nombre jamais enregistré dans cette tranche d’âge. Chez les jeunes de 12 à 17 ans, la consommation abusive d’alcool est pratiquement aussi élevée chez les garçons que chez les filles. Ce phénomène est davantage observé dans les groupes vulnérables (jeunes ayant droit à l’intervention majorée).

Quatre verres d’alcool en deux heures pour une femme, six pour un homme : telle est la définition de la consommation ponctuelle immodérée d’alcool (« binge drinking ») selon l’Association flamande pour les problèmes d’alcool et autres drogues (VAD). Une personne qui boit trop risque une intoxication alcoolique et un séjour aux urgences d’un hôpital. Les effets de l’abus d’alcool sont d’autant plus néfastes chez les jeunes.

« À court terme, l’alcool peut notamment provoquer une baisse de conscience, une hypothermie et des convulsions, et accroître le risque d’accidents et de traumatismes », explique Michael Callens. « La consommation d’alcool chez les jeunes peut être à l’origine de lésions cérébrales permanentes, ce qui conduit à une baisse des résultats scolaires et une diminution de leurs chances sur le marché du travail. À plus long terme, elle peut également causer une cirrhose du foie, des maladies cardiovasculaires et différentes formes de cancer. »

Les personnes qui se mettent à boire dès le plus jeune âge sont davantage susceptibles de développer une dépendance à l’alcool. Le coût social est alors particulièrement élevé. Nous devons tout mettre en œuvre afin de réduire la consommation d’alcool. Dr Thomas Orban : « C’est possible en adoptant un ensemble de mesures. La prévention est essentielle, mais la réglementation aussi. Nous constatons par exemple que le Conseil supérieur de la Santé recommande de fixer à 18 ans l’âge légal pour acheter de l’alcool. En Belgique, à l’heure actuelle, il est encore possible d’acheter des bières, vins et mousseux dès 16 ans. Nous sommes parmi les derniers en Europe à ne pas encore l’avoir interdit. »

Plus de statistiques : annexe

Pour plus d’informations ou pour tout entretien avec les chercheurs :
Simon Vandamme, responsable communication
Tél. : 0479 66 03 23