Une étude menée par l’AIM et l’Université libre de Bruxelles décrit l’évolution des prescriptions et délivrances de médicaments au cours de la grossesse. Les chercheurs ont établi un classement des 20 médicaments les plus délivrés au cours de cette période, ont analysé l’évolution sur trois périodes distinctes (2003-2005, 2009-2011 et 2015-2017) et ont déterminé la prévalence de la délivrance de médicaments potentiellement dangereux pendant la grossesse. À cette fin, ils ont fait appel aux données de l’Échantillon permanent (EPS).

L’étude révèle une nette augmentation des médicaments prescrits et délivrés en période de grossesse au fil du temps. Ce sont la progestérone et les antibiotiques qui sont les plus fréquemment prescrits et la consommation de vaccins (recommandés) grimpe en flèche. La consommation d’AINS (médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, principalement l’ibuprofène et le kétorolac), bien que déconseillée pendant la grossesse, a augmenté au cours des trois périodes d’étude.