Chaque année, ou tous les deux ans, les prestataires de soins ont la possibilité d’adhérer à la convention nationale relative à leur secteur d’activités. Ils s’engagent ainsi à respecter les tarifs officiels fixés par l’INAMI. Un taux d’adhésion national de 60 % à la convention (et 50 % par arrondissement) est considéré comme garantissant une accessibilité financière (et physique) suffisante, cependant tous les prestataires disposant d’un numéro d’agrément INAMI sont comptabilisés. Afin d’avoir une vue objective sur la protection tarifaire qui découle du respect du conventionnement pour le patient traité en ambulatoire, l’IMA a analysé le taux de conventionnement chez les médecins et les dentistes en tenant compte de leur activité ambulatoire réelle.

Le rapport « Volume d’activité ambulatoire selon le conventionnement » présente les résultats de ces analyses. Il en ressort notamment que la proportion de consultations des médecins généralistes réalisées par des prestataires conventionnés est bonne (85 %) tandis que seules 44% des consultations des médecins spécialistes et 27 % des contacts avec les dentistes sont attestés par des prestataires conventionnés, ce qui est largement en dessous du seuil de 60 %.
L’AIM a également mis en évidence de grandes disparités en fonction de la spécialisation ou de la localisation géographique des prestataires de soins.