Objectifs et Mission

L'AIM gère un large éventail de données de soins de santé collectées par les mutualités. Sur la base de ces informations, elle soutient les mutualités et la politique de soins de santé à l'aide de données, analyses et études. Vous êtes à la recherche de données de soins de santé ? L'Atlas AIM propose un ensemble d'indicateurs à visualiser au niveau de la commune ou du quartier.

En savoir plus

Newsletter

Vous affirmez avoir pris connaissance de notre Politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à l'aide des liens de désincription ou en nous contactant sur info@aim-ima.be

A la une

  • Cancer du col de l'utérus

    Cancer du col de l’utérus

    L’AIM suit l’évolution de la couverture du dépistage du cancer du col de l’utérus depuis plus de 15 ans en collaboration avec Sciensano et le Registre du cancer. L’IMA publie les couvertures dans l’Atlas AIM depuis plusieurs années. Nous avons amélioré ces statistiques lors de la mise à jour 2019. Nous calculons la couverture du dépistage du cancer du col de l’utérus sur la base de l’examen cytologique des frottis de dépistage.
    En Région wallonne et en Région de (...)

    En savoir plus

  • Communiqué de presse : Six jeunes par jour à l'hôpital pour abus d'alcool - 07/12/2019

    Communiqué de presse : Six jeunes par jour à l’hôpital pour abus d’alcool - 07/12/2019

    Chaque jour, en moyenne 6 jeunes âgés de 12 à 17 ans sont admis à l’hôpital en raison d’une consommation abusive d’alcool. Ces chiffres toujours élevés, collectés par l’Agence Intermutualiste (AIM), sont inquiétants. « La consommation d’alcool à un jeune âge peut causer des dommages graves et permanents », affirme le Docteur Michael Callens de l’AIM. 
    Par rapport à 2017, le nombre de jeunes âgés de 12 à 17 ans ayant été admis aux urgences parce qu’ils avaient (beaucoup) (...)

    En savoir plus

  • Communiqué de presse : Les Belges sont inégaux face à la santé - 10/05/2019

    Communiqué de presse : Les Belges sont inégaux face à la santé - 10/05/2019

    Plus on descend dans l’échelle sociale et plus l’état de santé, qu’il soit physique ou mental, se dégrade. C’est ce qu’il ressort d’une étude de l’Agence InterMutualiste (AIM). Constat interpellant : les personnes vivant dans les quartiers les plus pauvres du pays ont un risque accru de 56 % de décéder dans l’année par rapport à ceux qui vivent dans les quartiers les plus riches !
    L’Agence InterMutualiste (AIM) s’est penchée sur les inégalités sociales de santé au (...)

    En savoir plus